Défiler vers le bas Défiler vers le haut

Aidez nous à améliorer le site web en remplissant notre sondage. Répondez à notre sondage.

gardening help

2.8 Partagez votre diagnostic à votre façon

C’est vous qui décidez à qui vous révélez votre diagnostic, comment et quand vous le révélez. 

 Il n’y a pas de bonne ou de meilleure façon de partager votre diagnostic.

  • Un nombre de personnes choisissent de le dire aux autres en personne ou par téléphone.  
  • Certaines personnes choisissent de communiquer la nouvelle par la poste ou par courriel. Quelqu’un nous a dit avoir annoncé son diagnostic lors de l’envoi de sa carte de Noël annuelle.  
  • Certaines personnes demandent à leur conjoint(e) ou à un proche de communiquer la nouvelle si elles ne veulent pas avoir elles-mêmes cette conversation potentiellement difficile. 

Les personnes qui se sentent nerveuses lorsqu’elles doivent partager leur diagnostic peuvent trouver utile de prévoir ce qu’elles vont dire. Elles peuvent mettre par écrit certains points qu’elles veulent souligner. Il peut notamment s’agir de parler des services d’aide qui pourraient leur être utiles (lisez « Comment gérer les préjugés des autres »).

La personne peut, par exemple, dire : 

« Je ne peux plus conduire; alors si vous pouviez m’aider lorsque je sors, j’apprécierais vraiment. » 

Certaines personnes entretiennent des préjugés et des stéréotypes concernant les troubles neurocognitifs, et ont aussi des questions à leur sujet. Vous pouvez leur donner l’adresse de ce site Web, ou de l’information imprimée à partir de ce site Web.   

Partagez votre diagnostic : à qui le dire, et comment

C’est vous qui décidez à qui vous révélez votre diagnostic, comment et quand vous le révélez. 

Un proche était probablement avec vous lorsque vous avez reçu votre diagnostic.  Par contre, c’est à vous, et non à eux, qu’il appartient de partager cette nouvelle. C’est vous qui décidez quand vous êtes prêt à le dire à d’autres personnes, et à qui vous voulez le dire. Si la personne dont vous êtes proche veut dire à d’autres personnes que vous avez un trouble neurocognitif, mais que vous n’êtes pas prêt(e) pour cela, demandez-lui d’attendre.  

Nombre de personnes atteintes d’un trouble neurocognitif trouvent que le fait de partager leur diagnostic est une expérience positive. Le fait de partager votre diagnostic peut aider vos amis et les membres de votre famille à comprendre ce que vous vivez et comment ils peuvent vous aider. S’ils savent ce que vous traversez, ils comprendront mieux les changements d’humeur et de comportement qu’ils ont peut-être remarqués chez vous, ce qui peut éviter des malentendus.   

Décidez à qui vous allez parler de votre diagnostic. 

 

Partagez votre diagnostic avec les personnes qui vous aideront

Décidez à qui vous allez parler de votre diagnostic. Cette Fiche de travail du cercle d’amis (en anglais, français arrive bientôt!) peut vous être utile.